Vanessa Van Durme : le corps à corps d’une fille et sa mère.

by Sophie Joubert

Au théâtre du Rond-Point, l’actrice transsexuelle Vanessa Van Durme joue la douloureuse relation d’une fille et sa mère, atteinte de la maladie d’Alzheimer.Image

 « Je t’ai haïe, mère, pendant des années. Ça m’a dévorée. » Celle qui parle a pourtant pardonné. Inlassablement, comme pour conjurer la mort, elle remet des fleurs dans un vase et prononce des phrases cent fois répétées. Des informations envolées, des pans entiers d’histoire intime engloutis par la maladie d’Alzheimer. Après Regarde maman je danse, époustouflant monologue sur son changement de sexe joué pendant sept ans, la comédienne flamande Vanessa Van Durme revient sur le thème de l’identité à travers une  fiction : une mère en fin de vie reçoit chaque dimanche la visite de sa fille dont l’histoire rejoint parfois celle de l’actrice qui l’incarne.

La mère  a eu deux fils : l’un est parti vivre à Dubaï et ne vient jamais la voir, l’autre était une petite fille enfermée dans un corps de garçon et est devenu une femme et une actrice. Confrontée à l’oubli, la vieille dame reconnaît-elle celle qui lui rend visite jour après jour, écoute ses élucubrations, encaisse ses vacheries sur le mariage et la maternité ? Se souvient-elle des brimades infligées à l’enfant qui voulait devenir artiste ? La maladie fait parfois cruellement alliance avec le déni. Affublée d’un faux corps caché sous un grand manteau rouge puis une chemise de nuit, Vanessa Van Durme entre de façon troublante dans la peau de la mère et se montre sans fard, jusqu’à la nudité la plus crue. Armée d’un humour de pétroleuse doublé d’une grande sensibilité, elle passe d’un rôle à l’autre, du fauteuil d’hôpital aux feux de la rampe, esquisse quelques pas de danse qui rappellent Gardenia, le spectacle d’Alain Platel et Franck Van Laecke sur un cabaret de travestis âgés.

Avant que j’oublie est né d’une discussion avec le metteur en scène Richard Brunel, directeur de la Comédie de Valence. Après avoir vu Vanessa Van Durme jouer Regarde maman je danse dans les villages de la Drôme, il a eu envie d’accompagner la création de ce nouveau solo. Il l’a aidée à bouleverser la chronologie pour mieux montrer l’égarement d’une personne qui perd la mémoire, a trouvé les moyens scéniques pour interpeller le spectateur tout en respectant la pudeur.

Grâce à son engagement et à son talent d’actrice, Vanessa Van Durme tisse un très beau dialogue intérieur entre une mère et sa fille : une étrange réconciliation, au delà de la mort.

Avant que j’oublie, texte et jeu Vanessa Van Durme, mise en scène de Richard Brunel, au Théâtre du Rond-Point jusqu’au 8 février puis en tournée à Luxembourg, Caen, Vienne.